Racisme dans l’accès au logement à Paris

20minutes– « Nationalité française obligatoire, pas de noir, immeuble avec des policiers uniquement. » Cette fiche technique d’un appartement en location de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), rédigée par l’agence Laforêt immobilier des Lilas (Seine-Saint-Denis) avait fait grand bruit après avoir été partagée sur Twitter fin novembre, puis repris par des médias en ligne un mois plus tard.

Une charte zéro discrimination
L’affaire n’en est pas restée là. Le Défenseur des droits a ouvert une enquête. L’association antiraciste « La maison des potes » a porté plainte. Et vendredi dernier, le groupe Laforêt a exclu l’agence des Lilas de son réseau.

Des testing dans les agences
Rien de neuf à l’horizon. Les agences immobilières assurent mener déjà bon nombre des actions mentionnées dans la charte. « C’est stipulé dans les contrats de travail : la discrimination est considérée comme une faute professionnelle, indique François Davy, le président de Foncia. Nous avons aussi un logiciel qui détecte des mots sensibles et permet d’alerter le rédacteur d’une annonce immobilière. Le mot « noir » par exemple sera mis en surbrillance. »

« Il faut aussi obtenir des condamnations en justice »
La Maison des potes se tient du coup à la disposition de la ville de Paris pour réaliser ces testing. « Nous le faisons depuis de nombreuses années, sans jamais avoir reçu de subventions de la ville de Paris que nous avons pourtant demandé », précise Samuel Thomas.
Mais pour le responsable associatif, il est nécessaire d’aller plus loin : « Il faut obtenir des condamnations en justice contre ceux qui discriminent : agences immobilières ou propriétaire. Elles sont trop rares aujourd’hui. Soit les procureurs n’ouvrent pas d’enquête, soit ils le font avec un an de retard. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *