L’AMM exhorte l’Iran à arrêter de priver les prisonniers de soins médicaux

L’AMM ainsi que d’autres organisations d’éthique médicale et de défense des droits humains ont conjuré les autorités iraniennes d’arrêter d’utiliser la privation de soins médicaux comme sanction contre les prisonniers politiques détenus à la prison de Raja’i Shahr.

Dans une lettre conjointe adressée à l’ayatollah Sadegh Larijani, responsable des autorités judiciaires de Téhéran, le président de l’AMM, le Dr Ketan Desai a fait état de l’indifférence délibérée du personnel pénitentiaire à l’égard de l’état de santé des prisonniers, de son refus de transférer les prisonniers se trouvant dans un état critique vers des hôpitaux hors de la prison, des longues périodes sans eau chaude pour se laver, du manque d’espace, de la mauvaise ventilation, des conditions sanitaires déplorables, des infestations d’insectes à proximité des cuisines, du manque de matériel de nettoyage et des maigres rations d’une nourriture médiocre. Il semble que ces conditions de détention soient à l’origine des infections et des différentes maladies dermatologiques et respiratoires des détenus.

Le Dr Desai, ainsi que d’autres signataires de la lettre, membres de la Fédération internationale des organisations de santé et de défense des droits humains, du Comité permanent des médecins européens et du Conseil international pour la réadaptation des victimes de la torture, ont également réprouvé le comportement des gardiens, qui infligent aux prisonniers politiques coups, insultes et harcèlement sexuel, notamment durant leurs trajets entre l’hôpital et le tribunal.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *