Le Parisien–  Le lycée Arthur-Rimbaud a connu une journée portes ouvertes un peu particulière ce vendredi. L’établissement de Garges-lès-Gonesse et ses ateliers automobiles ont reçu la visite de trente jeunes venus d’Israël et de Palestine. Depuis une semaine, et jusqu’à ce dimanche, le groupe découvre pour la première fois Paris et sa région avec l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix fondée par Latifa Ibn Ziaten. La mère d’Imad, ce militaire tué par Mohammed Merah en 2012, connaît bien l’établissement puisqu’elle est marraine du lycée.
Et la rencontre est importante puisque l’an dernier, l’expérience était inversée : ce sont sept élèves de Garges qui étaient partis au Proche-Orient avec l’association. « Cette jeunesse, c’est l’avenir. C’est eux qui vont créer la paix. Il faut travailler avec eux », affirme Latifa Ibn Ziaten, très engagée pour le vivre ensemble.

Le programme du séjour de la petite troupe est bien chargé. Avant Garges, les adolescents ont pu visiter Disneyland, la tour Eiffel, mais aussi et surtout le musée de la Shoah, l’Assemblée nationale, le Sénat ou encore l’Elysée. Et, plus tôt dans la matinée ce vendredi, l’émotion était une nouvelle fois palpable à Sarcelles devant la stèle dressée en hommage à Yohan Cohen, mort lors de l’attaque de l’Hyper Casher de la porte de Vincennes.

Ranin, 15 ans, et Tia, 16 ans, apprécient particulièrement la diversité et l’ambiance des rues de Paris. « On croise des gens très différents à tous les coins de rue. On perçoit un vrai vivre ensemble et non la peur comme chez nous, souvent », soulignent les deux nouvelles amies.

Un constat positif partagé par le proviseur du lycée, Christophe Buatois. « C’est une très belle expérience. On a pu le constater l’an dernier, nos élèves sont revenus changés. Avant et pendant le voyage, ils ont pu discuter avec des imams, des rabbins, et ils ont découvert des similitudes entre les cultes. Sur place, ils se sont également aperçus qu’Israël et la Palestine sont en fait le berceau des trois grandes religions monothéistes, précise le responsable. Le travail de pédagogie est très important. Les tensions et les conflits actuels sont beaucoup liés à une méconnaissance de chacun. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *