Quatre défenseurs turcs des droits de l’Homme en Iran ont été condamnés à 45 ans d’emprisonnement et huit ans d’exil pour avoir fêté la journée internationale de la langue maternelle. Selon le verdict, ils ont été interrogés et emprisonnés pour leurs croyances et leurs activités culturelles et linguistiques pacifiques.

Rendu le 19 février, le verdict a été communiqué aux accusés le 21 février, coïncidant avec la date de la journée internationale de la langue maternelle.

Les documents de la Cour montrent que les activistes ont été impliqués dans des activités non violentes, principalement des activités culturelles et linguistiques.

Selon les rapports, les peines sont les suivantes :

Alireza Farshi, 15 ans d’emprisonnement et deux ans d’exil dans la province du Khûzistân,

Akbar Azad, 10 ans d’emprisonnement et deux ans d’exil dans la province d’Ilam,

Behnam Sheikhi, 10 ans d’emprisonnement et deux ans d’exil dans la province du Khûzistân,

Hamid Manfi, 10 ans d’emprisonnement et deux ans d’exil dans la province du Lorestan.

Un activiste turc a déclaré que les principales charges contre les accusés étaient d’avoir tenu une cérémonie pour fêter la journée internationale de la langue maternelle en 2014, avoir formé un groupe de randonnée et avoir publié des messages sur les réseaux sociaux, ce qui a été vu comme « divergent et des mesures séparatistes » par la Cour révolutionnaire.

L’UNESCO a déclaré le 21 février comme journée internationale de la langue maternelle. Les défenseurs des droits ethniques dans certaines parties de l’Iran fêtent cette journée dans des cérémonies non officielles. De plus, les utilisateurs de Twitter critiquent l’interdiction d’enseigner d’autres langues que la Farsi dans les écoles avec #MotherTongue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *