Russie: des mesures pour encadrer la jeunesse après les cortèges anticorruption

RFI– Depuis les manifestations du 26 mars 2017 contre la corruption, à l’appel d’Alexeï Navalny, les autorités russes durcissent le ton et essaient de reprendre le contrôle de l’opinion publique. Il s’agit, notamment, de mieux contrôler la jeunesse.

Un nouveau projet de loi a été déposé, ce lundi 10 avril 2017, à la Douma, qui vise à interdire l’accès aux réseaux sociaux pour les moins de 14 ans, car c’est sur les réseaux sociaux, et évidemment pas sur les télévisions, que les jeunes ont pris connaissance des accusations de corruption lancées par l’opposant Alexeï Navalny contre le Premier ministre Dmitri Medvedev. Et c’est par les réseaux sociaux que les jeunes se sont organisé pour manifester mais aussi pour relayer des informations, tournant notamment en dérision la ligne politique officielle.

Interdit de filmer les procès

Autre mesure visant à limiter les possibilités de s’exprimer pour les opposants : désormais, il est interdit de filmer les procès sans l’accord des juges, alors qu’Alexeï Navalny a bien souvent utilisé le tribunal comme une tribune. Et puis, les rencontres publiques entre les citoyens et les députés sont dorénavant interdites dans la rue.

Mais, comme l’explique le politologue Andreï Kolesnikov, les mesures répressives sont déjà tellement étendues qu’il est difficile d’en mettre en place de nouvelles. Alors, depuis quelques jours, le pouvoir utilise l’émotion suscitée par les attentats de Saint-Pétersbourg pour ressouder l’opinion autour du thème de la lutte contre le terrorisme. Mais Kolesnikov estime que ce thème ne sera pas mobilisateur à long terme alors qu’on entre en période électorale, car le premier souci des Russes, c’est leur pouvoir d’achat qui s’effondre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *