Reporters sans frontières (RSF) dénonce une nouvelle fois l’absence d’information indépendante dans le paysage médiatique iranien, alors que la campagne officielle pour la présidentielle a commencée depuis le 28 avril 2017.

Le 28 avril 2017, la possibilité de diffuser en direct des informations depuis l’application Instagram a été rendue inaccessible sur ordre de la justice iranienne, selon certaines sources. Depuis des semaines, les internautes réformateurs utilisaient cette application très populaire en Iran pour diffuser des information en temps réel sur les candidats et leur campagne. Jusqu’à présent, Instagram était bien contrôlé mais pas filtré dans le pays.

Depuis le 16 mars 2016, une dizaine de responsables des pages d’informations réformateurs sur la messagerie Telegram ont été arrêtés par les gardiens de la révolution, parmi lesquels Ali Ahmadinia, administrateur du canal Eslahat News( réforme news). Ces arrestations ont créé une vive polémique entre le gouvernement de Hassan Rohani et la justice conservatrice. Le 5 avril, Mahmud Alavi, ministre des Renseignements, a lui-même critiqué ces arrestations. “Ces responsables de pages n’ont commis aucun crime”, a-t-il déclaré. Une semaine plus tard, le porte-parole de la Justice, Golamhossien Mohsseni Ejehi annonçait de son côté aux médias que « certains d’entre eux avaient commis des actions contre la sécurité nationale et d’autres ont été accusés de publier des articles et des images immoraux». Et d’ajouter « le ministres des Renseignements lui-même est accusé dans ce dossier et ne peut donc pas enquêter ou donner son avis sur ce sujet.»

en savoir plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *