les adolescents arrêtés souvent pour des délits mineurs, avant d’être pris dans le piège d’une véritable mafia judiciaire qui supervise elle-même le grand banditisme. Ils sont incarcérés dans un « Centre de rééducation » intégré dans la prison centrale de cette ville du Baloutchistan iranien.

Ils sont en train de purger leur peine dans une détresse incroyable, subissant les pires pressions psychologiques qui les imprègneront à vie. Le coût de l’incarcération de chaque détenu s’élève à 4.5 millions de tomans (1200$ environ), prétend le porte-parole de la commission juridique du Majlis (le Parlement).

Sur le terrain la couleur est tout autre. Nous venons de recevoir des rapports sur les tabassages systématiques (jusqu’à l’évanouissement) dont sont victimes ces tous jeunes détenus. Selon la presse, ces adolescents sont humiliés en étant exhibés pieds et poings liés dans les couloirs de la prison, pour servir d’exemple à d’autres. Quatre d’entre eux viennent récemment d’être transférés aux cellules individuelles, après avoir été copieusement passés au tabac par des responsables carcéraux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *