RFI: Nigeria: une jeunesse en mal de reconnaissance

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, possède une population très jeune. Mais donne-t-il aux plus jeunes les moyens de réussir ?

193 millions d’habitants en 2017. D’ici à 2020, le « géant de l’Afrique » devrait compter plus de 200 millions d’habitants. Ces derniers chiffres revoyant la population de la Fédération à la hausse ont été publiés cette année par les autorités nigérianes. Les Nations unies estiment qu’en 2050, le Nigeria comptera 400 millions d’habitants. Ce sera alors le troisième pays le plus peuplé du monde, après l’Inde et la Chine.

Lagos, la capitale économique compte d’ores et déjà 22 millions d’habitants. Près d’un Africain sur quatre est Nigérian. Ces chiffres sont un motif de fierté pour le Nigeria. Ils sont la démonstration de la toute-puissance du « géant de l’Afrique ». Un titan démographique qui se veut aussi « géant économique » depuis que les autorités nigérianes ont annoncé en 2014 que leur pays était la première puissance économique du continent, à la suite d’un nouveau mode de calcul du PIB.

62% des Nigérians ont moins de 24 ans

Le système de santé est en difficulté, tout comme le système éducatif. Les Nigérians qui en ont les moyens éduquent leurs enfants à l’étranger dès le plus jeune âge : souvent à partir de six ans. Les Nigérians aisés se soignent aussi à l’étranger. Même s’il avait dénoncé avant son élection à la présidentielle d’avril 2015, le « tourisme médical », le président Muhammadu Buhari ne fait pas exception à la règle. Il se fait soigner à Londres, faute de bénéficier d’équipements médicaux idoines dans son pays.

« En soi, la progression rapide du nombre d’habitants au Nigeria est une bonne nouvelle. Mais si la grande majorité de ces jeunes arrivent sur le marché du travail sans un bon niveau d’éducation, ils auront du mal à trouver un emploi. Cette jeunesse peut devenir une bombe à retardement, notamment dans le nord où le système éducatif est particulièrement dégradé », souligne l’universitaire John Okocha.

en savoir plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *